Politique scientifique belge

Politique scientifique belge

L’objet de ce travail est d’évaluer le poids respectif des trois régions du pays dans la participation de la Belgique aux programmes-cadres europeens de recherche 2002-2006.

En complément à l’analyse  » La Belgique dans le 6e programme-cadre européen de recherche, la Politique scientifique fédérale belge (BELSPO) a étudié les principaux indicateurs des composantes régionales de la participation belge à ce même programme-cadre. L’objectif est de mettre en évidence le poids respectif et les tendances de la participation de chacune des trois régions aux activités du PC6. Il s’agit donc d’une comparaison strictement interrégionale.

Le fait le plus marquant qui ressort de cette analyse est l’importance de la part attribuable à Bruxelles-Capitale dans la présence belge dans le PC6. En termes absolus, les données montrent que le volume de participation de BruxellesCapitale se situe à un niveau comparable à celui de la Flandre. Si on pondérait pour la population, le nombre de participations attribuables à Bruxelles Capitale serait environ six fois supérieur à celui de la Flandre.

Par ailleurs, dans le rôle de coordination de consortiums de R&DT, elle la dépasse même. L’effet attracteur dit  » effet de Bruxelles  » intervient très vraisemblablement dans les remarquables performances dont témoigne la Capitale. L’analyse faite ici suggère que l’effet de Bruxelles pourrait être la résultante de divers intérêts – de nature tant nationale qu’internationale, et dans ce dernier cas plus large que la proximité des institutions européennes – qui poussent un grand nombre d’institutions, entreprises, groupements et centres actifs en R&DT à installer leur principal établissement ou leur siège social (ou de direction ou d’administration) à Bruxelles plutôt qu’ailleurs en Belgique.

Avec 47,6% du financement total obtenu par la Belgique, la Flandre est le principal bénéficiaire du PC6, suivie par Bruxelles Capitale (32,5% du total). La Wallonie obtient significativement moins, soit 18,8% du total. Les données montrent que la participation d’une région au PC6 n’est pas sous tendue par des options ou des centres d’intérêt de R&DT spécifiques de sa communauté technoscientifique, mais bien par les disponibilités en financement par le PC6.

Maître de la pensée évolutive intelligente

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.